• Accueil
  • > Recherche : dumoustier stompers

Résultats de la recherche pour ' dumoustier stompers '

Projection de l’Aventure du Jazz – Sanary Sur Mer – 4 octobre 2008

Bonjour,

Le film l’Aventure du Jazz sera projeté le 4 octobre 2008 à 20H45 au Théâtre Galli à Sanary Sur Mer (40 kilomètres de Marseille).

La projection du film sera précédée à partir de 18 heures d’un concert des Dumoustier Stompers et de leur chanteuse Natasha Border. C’est à cette formation et à cette chanteuse que Louis Panassié a confié la séquence finale en forme d’épilogue de son film « L’Aventure du Jazz » (http://www.jazzdumoustier.com).

Le tarif est à 22 Euros.

Réservation sur www.francebillet.com

Venez nombreux!

 

Hugues

Dumoustier Stompers et Natasha Border

Le film « l’Aventure du Jazz » trouve son épilogue dans une séquence tournée en 2002 et 2004 avec un groupe de musiciens amateurs français, les Dumoustier Stompers et leur chanteuse Natasha Border

Les Dumoustier Stompers et Natasha Border

L’Aventure du Jazz – Présentation Générale

Bonjour,

Le texte ci-dessous est une note de présentation générale sur certains aspects du film. Il permet notamment, pour ceux qui ont vu la Bande Annonce et l’extrait et se posent quelques questions, de se faire une idée plus précise sur l’Aventure du Jazz.

Bonne lecture!

Hugues

Le film « l’Aventure du Jazz » a été réalisé par Louis Panassié sous la supervision de son père Hugues Panassié. Le tournage s’est déroulé en plusieurs campagnes, de 1969 à 1972. Le film a alors été monté dans sa version définitive, qui est restée inchangée depuis, à quelques détails près et seulement additionnée d’une séquence-épilogue, tournée en 2002 et 2004 avec un groupe de musiciens amateurs français, les Dumoustier Stompers et leur chanteuse Natasha Border, et ce avec l’assistance technique de Hugues Panassié Jr, fils et petit-fils des deux précédents.

Lorsqu’il a entrepris ce long métrage resté unique dans les annales du cinéma musical, Louis Panassié avait 35 ans, et son père 57. Hugues Panassié devait disparaître fin 1974 et le public curieux de ses réelles prises de position sur le jazz ou divers autres sujets pourra utilement se pencher sur « Monsieur Jazz », son dernier livre, oeuvre posthume en forme d’interview (Ed. Stock, 1975).

Le spectateur de « L’Aventure du jazz » ne doit pas perdre de vue qu’il s’agit de l’oeuvre d’un jeune cinéaste, et de sa projection plus de trente-cinq ans après son dernier tour de manivelle.

Il ne doit pas perdre de vue non plus que Louis Panassié n’est pas un amateur de jazz, mais simplement un amoureux des musiques populaires – et c’est bien sur ce terrain-là que le père et le fils se sont rejoints.

Enfin, il ne doit pas oublier qu’aucun réalisateur n’aurait pu réunir le budget correspondant à un tel plateau et que, si ce document a pu voir le jour, c’est parce que ses cent trente acteurs l’ont voulu ainsi, en offrant d’y participer gratuitement, par amitié pour Hugues Panassié.

Cette amitié avait de multiples raisons. Parmi celles-ci, on soulignera ce que raconte Louis Armstrong, l’oeil droit dans l’objectif de la caméra, sur Hugues Panassié et Madeleine Gautier, ces français capables, en 1949 et dans une salle de spectacle du Mississippi, de franchir la corde séparant le public blanc du public noir et d’aller s’asseoir à côté d’un orchestre dit « de couleur ».

« Ils l’ont fait, eux », conclut Louis Armstrong.

C’était il y aura bientôt soixante ans.

 



romantisme |
Mylène Farmer, UNIVERS |
Dj Marck |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | marina manson
| mixtape master old tape
| *** BIACCOR ***